Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Venez découvrir mon dernier livre

Téléchargez le guide de l'animateur
Si vous souhaitez l'avoir au format papier, l'offrir ou simplement me soutenir,
vous pourrez l'acheter ici prochainement

Présentation du livre


Présentation générale de la 50è réunion de l'Internet Engineering Task Force

Version imprimable

réunion IETF : présentation

L'Internet Engineering Task Force qui standardise les protocoles de l'Internet se réunit 3 fois par an. La dernière réunion était la cinquantième. Elle a eu lieu à Minneapolis dans le Minnesota du 19 au 23 mars 2001.

2050 experts se sont réunis. Les Français représentaient 3% des participants grâce notamment à une participation importante d'Alcatel et de France Telecom R&D. Ce qui n'est pas si mal car il s'agissait de la 4ème place derrière les Etats-Unis (63% des participants), du Japon (8%) et du Canada (4%), à égalité avec l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Suède. La Finlande comme la Corée représentaient malgré tout 2% des participants. Les experts restant venaient de régions très diverses : Italie, Indes, Australie, Singapour… Il y a deux ou trois ans à la naissance du Groupe français pour la participation à la Standardisation de l'Internet (GFSI), nous nous lamentions que les Français n'étaient même pas comptés dans les statistiques tellement ils étaient peu nombreux !

L'IETF a bien grandit depuis sa première réunion en janvier 1986 qui ne rassemblait que 15 personnes.
Cette année, Lucent avait prêté à ceux qui le désiraient des cartes réseau local sans fil IEEE 802.11b pour les portables. En tout, 998 personnes ont " coupé le cordon ", continuant d'échanger entre eux et à accéder à l'Internet depuis les réunions, les couloirs, les chambres et même le bar d'en face de l'hôtel… Cela donnait une version surréaliste d'un monde possible pour demain : Un peu partout dans les couloirs et les halls du prestigieux hôtel Hilton, des personnes de toute race, plutôt jeunes, habillés en jean et T-shirt, sont assis à même la moquette et tapent consciencieusement sur leur clavier des documents incompréhensibles du commun des mortels, pendant que d'autre debout discutent de " headers " et de " routage ".

128 réunions se sont tenues réparties durant 5 jours dans tous les domaines en travaux de l'Internet (INT), des applications (APP), du routage RTG), de l'administration et du fonctionnement (OPS), de la sécurité (SEC), des services de transport TSV) ou des services aux utilisateurs (USV). Ainsi 56 RFC (documents standards) ont été publiés simplement au cours des trois derniers mois. 44 autres sont en attente de publication.

Cette réunion a été également celle du passage de flambeau de Fred Baker au nouveau président de l'IETF, le Norvégien Harald Alvestrand. Il s'agit de la première fois que ce poste est confié à un non américain (le Français Christian Huitema a été lui par le passé, président de l'IAB). Harald Alvestrand s'est placé dans la continuité. Il a dit " Nous ne faisons pas de gouvernance. Nous rejetons les rois, les présidents et les votes. Nous croyons dans le rough consensus et le running code ".

Il faisait référence aux bases de fonctionnement de l'IETF qui ont permis de mettre en place malgré la diversité des stratégies et la variété des applications et des besoins, un Internet qui a su garder à la fois sa cohérence et une évolution très rapide. L'IETF fonctionne avec de petits groupes techniques très ciblés qui sont les véritables lieux de décision (l'IESG qui regroupe les président des 8 domaines de l'IETF et l'IAB sont avant tout là pour coordonner et assurer la cohérence). Le travail se fait principalement sur les listes de diffusion à travers la méthode du " rough consensus " : Il n'y a pas de vote formel. Les désaccords sont réglés par les discussions et les démonstrations. Le président du groupe considère qu'il y a " rough consensus " (consensus approximatif) lorsque personne ne s'oppose fortement à une option. Par ailleurs, aucun standard (Appelé Request For Comments, RFC) ne peut être publié s'il n'existe pas plusieurs mises en œuvre concrètes et indépendantes qui interopèrent, démontrant ainsi la qualité du document standard pour les implémenteurs.

Parmi les tendances actuelles ont trouve :

  • Le début du déploiement opérationnel d'IPv6 (voir les documents de la FING et du GFSI)
  • Le sans fil avec des contacts établis avec le WAP Forum (contacts informels), MWIF (réseaux sans fil : étude des divergences actuelles), 3GPP (norme UMTS) et 3GPP2 (norme cdma2000) et Bluetooth SIG. Les échanges avec ce dernier sont plus complexes à cause de sa politique de confidentialité très différente de l'approche ouverte de l'IETF. Il s'agit en particulier d'encourager l'adoption d'IPv6 dans tous les systèmes mobiles (comme c'est déjà le cas pour l'UMTS)
  • La croissance exponentielle de l'Internet qui entraîne une croissance énorme de la taille des tables de routage et des instabilités.
  • L'optique qui fait son apparition jusque dans les routeurs
  • Les "jardins clôturés" (Walled Gardens) avec le développement de plus grand de domaines séparés de l'Internet par des boîtiers intermédiaires tels que des pare-feu mais aussi des traducteurs NAT etc. (voir le compte rendu sur les boîtiers intermédiaires)
  • L'Internationalisation. John C. Klestin président de l'Internet Architecture Board de l'IETF avait déjà prévenu que " l'Internationalisation de l'Internet est le développement le plus important depuis que l'Internet est apparu.

Outre les comptes-rendus de tous les groupes de travail qui seront en mai sur le serveur de l'IETF ( http://www.ietf.org ), divers comptes-rendus et synthèses en français se trouvent sur le site du GFSI ( http://www.isoc-gfsi.org ). 

Source : http://www.fing.fr/index.php?num=1930,4

Copyright © AFING, association loi 1901 - Fondation Internet Nouvelle Génération - Reproduction encouragée sous réserve de citer la source