Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Venez découvrir mon dernier livre

Téléchargez le guide de l'animateur
Si vous souhaitez l'avoir au format papier, l'offrir ou simplement me soutenir,
vous pourrez l'acheter ici prochainement

Présentation du livre


La Cité Multimédia à Montréal

Version imprimable

Nous avons été reçus le 11 décembre 2001 à la Cité Multimédia de Montréal par Isabelle Giasson, en charge du marketing et des communications.

Le projet de cité Multimédia a démarré il y a 3 ans en juin 1998. Il s’agit d’une zone d’activité dédiée aux Technologies de l’Information, qui se trouve sur le site d’un quartier en rénovation tout près du cœur de Montréal associé à un programme gouvernemental de soutien à l’emploi dans les technologies de l’information. Dans le même quartier se trouve une pépinière d’entreprise (appelée incubateur…) et des logements.

La cité est née de deux idées distinctes :

·  Une volonté de la politique gouvernementale d’injecter de l’argent dans la nouvelle économie pour créer des emplois et placer Montréal en position de leadership.

·  La réhabilitation d’un quartier industriel tout près du cœur de Montréal, qui était basé sur les industries de fonderie et d’entreposage.

La réhabilitation du quartier

Le faubourg Recolet fait la jonction entre le cœur de Montréal et le Saint Laurent. Son activité était soutenue par le canal de Lachine depuis 1820. La fermeture de la voie navigable a vidé le quartier et l’a rendu désuet.

Depuis 1989, le vieux port de Montréal a été reconverti en port de plaisance et il y a eu une volonté de faire renaître le vieux Montréal. Mais cela a commencé par le faubourg Québec (les quartiers Est), le quartier Ouest (Faubourg Recolet) restant abandonné jusqu’à ce qu’il redevienne plus attractif récemment.

Une entreprise para-municipale, la Société de Développement de Montréal (SDM) s’est portée acquéreur il y a 15 ans de la majorité des terrains. Elle a constitué un consortium appelé « cité multimédia » avec deux fonds de pension : Le SITQ, filiale immobilière de la caisse de dépôts et de placements du Québec et Solim, le bras immobilier du fond de solidarité FTQ. La SDM dispose de 25% de la cité multimédia par l’apport des terrains et les deux fonds de soutien ont apporté de l’argent frais et disposent chacun de 37,5%.

Le parc immobilier est constitué de bâtiments bas de 4 à 6 étages. L’ensemble du quartier à fait l’objet d’une étude pour conserver un concept architectural. Les bureaux sont attribués à des sociétés qui souscrivent au programme gouvernemental « cité multimédia ».

Pour être rentable, le programme a été divisé en phases. Les bureaux d’une phase doivent être loués à 80% avant de lancer la suivante. Ainsi, sur les 10 phases prévues, seules 8 sont annoncées. Les 6 premières phases sont terminées et les phases 7 et 8 sont en cours de réalisation et de location.

Le développement de la cité multimédia dans le quartier a généré d’autres investissements comme par exemple un programme de logements.

Le programme gouvernemental

Il y a en fait deux programmes lancés par le gouvernement du Québec :

Le premier programme appelé « Cité Multimédia » est spécifique à l’implantation de sociétés sur le lieu de la Cité multimédia à Montréal. Il concerne aussi bien les entreprises locales qu’étrangères. Le gouvernement ouvre à toute entreprise dans le domaine des Technologies de l’Information qui s’implante à la cité multimédia un crédit d’impôt de 40% des salaires jusqu’à concurrence de 15000 CAD par employé (environ 75000 FRF) pour les postes directement rattachés aux technologies de l’information (on considère que cela concerne environ 75% des postes, mais exclue les postes à l’accueil par exemple). Cette réduction est renouvelable jusqu’en 2013.

Le deuxième programme appelé « CDTI » concerne en fait 5 villes qui ont mis en place des « Centre de Développement des Technologies de l’Information », dont Montréal avec la cité multimédia. Ce programme concerne seulement les entreprises de recherche dans le domaine des TI. Outre le crédit d’impôt sur 40% des salaires directement reliés au TI, il concerne 40% des équipements spécialisés. Il est également renouvelable jusqu’en 2013.

Le deuxième programme est en fait le premier qui a été lancé chronologiquement. Il est à l’origine des trois premières phases de la cité multimédia. Le premier programme a permis d’élargir cette aide aux sociétés de TI même si ce ne sont pas des laboratoires de recherche. Elle a permis de passer de 3 phases à 10 phases.

La situation actuelle

Il y a actuellement 60 entreprises dans 6 bâtiments. Cela représente 4500 emplois. Les trois quarts existaient avant de s’implanter à la cité multimédia et un quart a été crée.

On trouve à la cité multimédia de 15 à 18% de sociétés étrangères (dont le siège est à l’étranger). Ce sont pour moitié des sociétés américaines et pour une autre moitié des sociétés européennes.

La taille des sociétés est extrêmement variée et démarre à 3 salariés. Pour les plus grandes, on trouve 3 sociétés de 200 personnes, 2 de 300 personnes et une de 1000 personnes.

Au total 108 sociétés ont signé un bail dont 48 sociétés qui ne sont pas encore installées et attendent la fin des travaux des phases 7 et 8. Il ne faut pas croire que la cité multimédia est le seul endroit où se trouvent les sociétés dans les TI puisque l’on trouve 1600 entreprises dans ce secteur dans le grand Montréal.

Une pépinière d’entreprise (appelée incubateur…) indépendante de la cité multimédia existait dans le quartier depuis 14 ans. La synergie avec la cité multimédia fait qu’aujourd’hui les sociétés qui y sont implantées (pour une durée de 1 à 3 ans) bénéficient des programmes gouvernementaux. S’il n’y a pas de lien entre les deux projets au niveau opérationnel, des partenariats se sont mis en place par la proximité dans le domaine de l’animation et de la promotion.

Organisation de la cité multimédia

Le consortium « cité multimédia » est avant tout le développeur du parc en charge de la construction. Il ne dispose que d’une équipe légère de 10 personnes qui sous-traitent à des entrepreneurs généraux. La gestion est également sous-traité à une société privée immobilière. La petite équipe de la cité multimédia est en fait une équipe de pilotage. Elle connaît cependant bien les problématiques du quartier puisqu’elle est issue de la SDM et réfléchit depuis 15 ans à la réhabilitation du quartier.

Avec le développement du nombre de salariés sur le parc, une personne (Isabelle Giasson) prend en charge la promotion, et depuis un an l’animation pour créer des synergies et une « vie de quartier ». Cela est vu comme un élément important pour créer une plus-value et en particulier une visibilité internationale lorsque après 2013 les aides gouvernementales ne seront plus là pour attirer et retenir les entreprises. La promotion se fait cependant beaucoup par le gouvernement du Québec et la ville de Montréal qui sont fier de leur réalisation (au moment de l’entretien, la cité multimédia était présentée à Lyon par le maire de Montréal.

Les premières animations ont commencé il y a un an alors que le parc contait 15 entreprises et 1500 emplois.

Quelques constats

La mise en place progressive par phase pose des problèmes de cohabitation pour les sociétés déjà implantées qui doivent subir les travaux de construction et surtout les travaux d’infrastructure générales. La législation canadienne fait que les travaux de réseaux d’électricité, de téléphone, d’évacuation etc. doivent être réalisés par des sociétés différentes. Les sociétés implantées dans la cité multimédia se retrouvent très souvent avec des rues barrées et des tranchées ouvertes régulièrement sur les même lieux. Cette situation pourrait encore perdurer 2 ans environ.

Le projet de Cité Multimédia n’aurait pas pu marcher sans la conjonction d’un lieu et d’un soutien politique. En effet les travaux ont fait que l’immobilier est loué au prix du neuf. Il y a encore peu de temps. Sans les aides, peu de sociétés auraient choisi de s’implanter à un tel prix de « l’autre coté » de l’autoroute urbain qui sépare le faubourg Recolet du cœur de Montréal. Aujourd'hui, les gens connaissent mieux le nom de cité multimédia (qui ne couvre pourtant qu’une partie du quartier) que le nom du quartier lui-même.

Pour en savoir plus

Site Web de la cité Multimédia : http://www.citemultimedia.com/

Site Web d’investissement Québec sur les deux programmes d’aide fiscale : http://www.investquebec.com/

Isabelle Giasson : giasson@citemultimedia.com 

Source : http://www.fing.org/index.php?num=2459,1

Copyright © AFING, association loi 1901 - Fondation Internet Nouvelle Génération - Reproduction encouragée sous réserve de citer la source


Jean-Michel Cornu - 14 janvier 2002